La norme NF EN 13-756 qui définit les types de parquets

Vous souhaitez poser du parquet pour le revêtement de votre sol ? Choisissez le mieux adapté en vous référant à la norme NF EN 13-756. Cette dernière définit deux types de parquets. Dans le cadre de notre guide sur les normes et législations régissant l’installation de parquet, découvrez quels sont ces revêtements et comment les choisir en fonction de leur essence, tout en respectant la norme.

Les types de parquets respectant la norme NF EN 13-756

La norme NF EN 13-756 définit comme parquet ‟tout revêtement de sol en bois ou à base de bois dont la couche d’usure (parement ou élément de parement) a au moins 2,5 mm d’épaisseur″. Elle concerne les lames et panneaux contrecollés et les parquets en bois massif.

D’une épaisseur d’au moins 2,5 mm, les lames et les panneaux contrecollés sont fabriqués en usine. Plusieurs couches de bois les composent. Ils sont généralement construits à partir de l’assemblage de petits éléments sous forme carrée. Ce type de parquet se distingue par sa facilité de pose. Pratiques et économiques, les lames et les panneaux contrecollés peuvent être poncés, vernis ou colorés selon vos goûts et vos envies.

Les parquets en bois massif sont, quant à eux, de fabrication artisanale. Leur durée de vie peut aller jusqu’à 100 ans et ils offrent un aspect authentique tout en apportant un confort optimal. Les lames, épaisses de 6 à 35 mm selon les modèles, peuvent être clouées ou collées. Ce parquet se distingue par sa solidité et son aspect.

Revêtement de sol en bois.

La norme NF EN 13-756 définit les types de parquets.

Choisir l’essence en fonction de l’usage du parquet

Avant de choisir l’essence du parquet, vous devez définir la pièce où il sera posé afin de déterminer l’importance du trafic. Le choix du parquet dépend alors de son usage. Celui-ci est catégorisé en 3 types :

• L’usage modéré. Les bois tendres de la classe A et mi-durs de la classe de 2,5 à 3,2 mm d’épaisseur sont concernés. Ces essences conviennent pour les pièces de faible passage, telles que les chambres ou les couloirs sans accès vers l’extérieur.
• L’usage général. Généralement, les essences de bois utilisées font partie de la classe A ou B. Elles conviennent pour les zones de passage moyen, comme le séjour ou le hall d’entrée d’un appartement. L’épaisseur des lames est souvent comprise entre 3,2 et 7 mm.
• L’usage élevé. Les parquets concernés sont ceux réalisés en bois mi-durs de la classe B et durs de la classe C. Ils sont adaptés aux zones de passage intense, soit pour les pièces avec accès sur l’extérieur.

Les essences de bois de la classe A sont l’aulne, l’épicéa, le pin sylvestre et le sapin. Le bouleau, le mélèze, le merisier ou le teck font partie de la classe B. Le châtaignier, le chêne, l’érable, le hêtre ou le moabi sont catégorisés dans la classe C. Il existe une dernière classe, la D, qui définit les essences de bois des parquets utilisés pour un usage dans un lieu public et domestique élevé avec une zone de passage très intense, comme un hall de réception ou un bureau collectif. Les essences de bois adaptées sont le merbau ou le wengé.

Autour du même sujet

Norme sur la réaction au feu d'un parquet
Revêtement bois : la norme sur l’acoustique
Le classement UPEC pour les parquets
La norme EN 685 sur les classes d'utilisation de parquet
Parquet : quels labels qualité ?

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur.
Plus d'info Accepter